Vous avez envie de sauver l'Univers mais vous ne savez pas comment faire ? Et si vous en deveniez le Champion dans notre Tournoi à la Tour du Multivers ?
 

AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacob Perrault

avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 09/08/2015


MessageSujet: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Sam 29 Aoû - 20:36

Bon, eh bien… Allo ? Ca marche comment ? C'est la première fois que je narre pour moi-même et pas pour une autre personne… Je suppose que je dois me présenter… Je m'apelle… Jacob, Jacob Perrault. J'ai choisi mon patronyme en m'incarnant dans un Elsen, il y a quelques jours… Et depuis je traîne un peu en ville, en fait. Ca fait à peu près une semaine que je suis comme ça, je dirais. C'est beaucoup, non ? Enfin, pas à l'échelle d'une vie ou bien de ce que j'ai vécu avant, mais… Ça fait une semaine ou je suis acteur, c'est troublant.

Enfin bref. Il faut que je vous raconte ce que j'ai fait, de cette semaine. Au départ, j'ai mis un peu de temps à comprendre certaines choses nécessaires, mais on s'y fait. J'ai un logement dans un coin du quartier du sucre, de quoi me laver. C'est pas évident de se débrouiller en temps qu'humain. J'ai déjà plus de crédits, donc bon… Mais j'ai acheté un super mégaphone trop bien qui déchire. Il est accroché à ma ceinture, et c'est cool. J'avais jamais vu ça en plusieurs millénaire d'existence, puis c'est super à utiliser. Ça me permet de faire plein de truc cool genre OH DE PARLER SUPER FORT POUR QUE TOUT LE MONDE M'ENTENDENT TOUT BIEN ET TOUT. COMME CA PLUS PERSONNE NE M'IGNORE. C'EST SUPER, NON ?

Ahem. Pardon. Je disais donc… J'ai un endroit ou dormir. Au départ, je ne comprenais pas pourquoi les humains avait un besoin si vital de sommeil, puis c'est quand je me suis senti mal, puis écrouler d'épuisement que j'ai compris que c’était quelque chose de nécessaire, sinon vital. Enfin bref !

Avant de m'installer dans le Quartier du Sucre, j'ai commencé par errer un peu dans les quartiers de la surface, mais je me suis rapidement lassé de la découverte de la Tour. En effet, tous ces habitants avaient les même comportements, les mêmes habitudes, les mêmes gestes, ce qui les rendait très vite terriblement ennuyeux. Il n'y avait rien à découvrir chez eux, rien d'intéressant… Et les champions étaient certes tous différents, mais la plupart se sentaient comme investie d'une mission divine qui les rendaient insupportable. Ne comprenaient-ils pas que la grande majorité des champions voulaient réaliser leurs souhaits ? Ils n'étaient pas différents des autres, au fond. Et cela les rendaient tous semblable. Inintéressant. Je n'aimais pas les quartiers de la surface. Vraiment pas.

Donc j'avais fini par entendre parler assez vite d'un quartier mystérieux situé dans les entrailles de la ville. Ni une ni deux, en tant qu’ancien Narrateur, je me devais de visiter ce Quartier ! J'avais alors cherché comment y accéder, et j'avais finalement appris les divers mots de passes permettant d'aller et venir entre le monde de la surface et celui sous la Terre. Vivant dans l'ombre, je pouvais observer à loisir les personnes qui transitaient dans ces ruelles jamais éclairés. Des Elsens différents des autres, vêtu de vêtement bariolé et avec un physique parfois surprenant. Certains me rappelaient des souvenirs lointains, d'autres me surprenaient malgré mon age avancé. Décidément, il y avait de tout ici. Les Champions qui s'y baladaient aussi, étaient intéressant. Souvent, ils venaient chercher des choses que l'on trouvait pas à la surface, comme par exemple du Sucre.

Et Justement, la personne dont j'ai envie de parler aujourd’hui est une personne qui était à sa recherche. Mais nous y viendrons plus tard, pour le moment, laissez-moi vous narrez notre rencontre.

J'étais remonté à la surface pour acheter un paquet de cigarette. Ouais, les clopes, j'ai découvert ça en même temps que le fait d'avoir un. corps, et j'ai tout de suite accroché. C'est vrai que c'est pas bon pour la santé, mais de toute manière, je n'espère pas m'éterniser ici, donc… Au diable. Ca me donne un air cool et j'aime bien le goût du truc. Donc bon. Mais faut pas fumer les enfants, ce n'est pas bien… Enfin bref ! Donc je fumais une clope à la surface, mon paquet dans la poche de mon jean sacré ayant réduit en fumée mes derniers crédits. Ahah. Bref. Donc, clope au bec, disais-je, je me dirigeais vers le bar -la cantina- qui contenait le passage vers le quartier du Sucre, quand mon regard habile de narrateur fut attiré par un autre type. Genre, il semblait un peu petit, les cheveux noirs, avec un mono-œil qui regardait partout. Je sus au fond de moi et grâce à ma longue expérience de Narrateur que ce mec était un être exceptionnel. Mais attention ! Pas exceptionnel au sens d'un être bourré de qualité, fort de gentillesse ou toute ses niaiseries héroïques qu'on nous sert dans les romans de chevalerie, nan ! Exceptionnel dans le sens… Ou je sentais qu'il était aidé par une puissance supérieure.

Alors attention, vous allez peut-être me traiter de fou ou de sorcier, mais je vous assure que c'est pas ça. C'est comme un instinct, viscérale, qui me chatouille les côtes quand je croise quelqu'un dont la destinée est régie par un autre. C'est sans doute parce que j'ai été Narrateur, et que les personnages dont je racontais les histoires étaient parfois amené à voir des êtres aussi exceptionnels, mais qu'importe ! Pour faire une analogie plus simple et tiré de la vie d'un geek que j'ai suivi… Si on était dans un Mmo, ce gars ne serait pas n PNJ. Bien qu'il ait l'air paumé, qu'il semble un peu craintif, il était sans doute une personne comme ceci. Je m'arrêtai donc de marcher vers mon squat, et me tournant vers l'autre mec, je me mis à le fixer. Intensément. Comme un gamin qui fixerait un insecte qui l'attire. Ou un chat, plutôt. Parce qu'il me faisait carrément plus penser à un chat qu'à un insecte.

Donc… Le type avait l'air craintif, mais, hé, et après ? Bah après, il était vêtu d'un T-shirt noir, d'un pantalon aux allures militaires, et de lourdes rangers qui semblaient être adapté pour la marche. Cool dude, j'ai envie de dire. Sans être aussi cool que les miennes, les siennes en jetaient un peu. Juste un peu. Enfin bref. Monsieur avait une peau blanche et des cernes, comme le geek dont je parlais tout à l'heure. Bon, par contre, il n'avait pas une coupe aux bols, le mec que je matais, ni même de grosse lunettes. Son accessoire à lui, c'était un cache-cache. J’eus soudain envie de le soulever, mais genre, le mec était environ à 20 mètres, donc j'allais pas m'avancer et le faire devant des gens. J'eu soudain un regret pour ma condition de Narrateur. Parce que j'avais envie d'en savoir plus sur lui, sur ses habitudes, son nom, son passé. Et que quand tu es Narrateur, tu as plein de pouvoir à disposition pour apprendre à connaître les gens. Enfin breeeeeeef. Donc. Il me faut un surnom pour ce gars. Donc je le fixe en m'interrogeant.

Une fois la moitié de ma cigarette consommé, j'avais trouvé un surnom pour le gars dont j'ignorais le nom. Ouais, maintenant, ça sera Cyclope nain. Je pense que c'est un jolie surnom. Enfin, ça faisait dix minutes que je planchais sur ça, donc faute de mieux… D'ailleurs, il était toujours là, et m'avait remarqué. Bon en même temps, comme je le fixais, faillais s'y attendre… J'avais eu un échantillon suffisant de son caractère et de son attitude pour aujourd'hui, en dix minutes d'observation. Je me releva donc (oui, parce que je 'étais accroupi pour fumer et le fixer, c'était plus facile) et me dirigea vers le bar après avoir balancé mon mégôt par terre.

Une fois la routine faite, c'est à dire mot de passe déclaré au barman de manière intelligible, j'avançai donc dans la pénombre propre au quartier du sucre. Voyez-vous, ce quartier est éclairé par de vielles ampoules fixés au plafond et qui grésillent, donc parler de pénombre, c'est un euphémisme. Mais on s'habitue à tout, n'est-ce pas ? Par exemple, je m'étais bien habitué aux murs nus du quartier du sucre, même s'ils sont assez laid. D'ailleurs, là, j'en longeait un, pour retourner à mon squat. Je n'avais pas envie de passer dans le bar, et encore moins envie d'aller chez Hildegarde. Donc je retournais chez moi.

Une fois devant ma « maison », j'eu un sourire en m'asseyant à même le sol. Vous voyez l'état d'un terrain vague ? Maintenant, vous rajoutez un canapé défoncé vert sale, une télé grésillant dans le vide, un ampoule qui n'était pas une source de lumière convenable, un seul mur en ciment nu avec des posters louches et le reste en terre, et vous avez ma baraque. Pas de porte ou rien, parce que voilà, j'avais rien à me faire voler. Je me jetai sur mon canapé défoncé, et lâcha avec un soupir de soulagement :

« Aaaah. ♥ Enfin chez moiii…. »

Puis je rouvris les yeux et releva la tête… Pour voir que Cyclope Nain m'avait suivi. Ohmondieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar Fownes

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 26/08/2015

Feuille de route
Type de Combat: Artofan
Rang: 0


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Dim 6 Sep - 15:46

J'étais comme un con en sortant de ma rencontre avec le chat. Encore sous le choc des événements, j'ai bugué une fois à l'extérieur, mon passeport et du fric dans les mains, si bien que ma vue était tout juste nette. Alors j'ai fait quelques pas sur le côté et laissé mon dos s'appuyer contre le mur, regardant autour de moi d'un air complètement perdu, voire débile. Incapable d'intégré la moitié de ce qu'il y avait aux alentours, j'ai regardé mes jambes, et fait basculer mon poids de l'une à l'autre.

Juste avant ce... ce bordel, j'étais encore en fauteuil roulant du fait d'une perte d'équilibre fréquente, et pourtant je tenais normalement sans le moindre vertige ou mal de crâne. En portant ma main à mon œil gauche, j'ai pu sentir que mon précieux cache-œil était toujours là, et pris le temps de passer l'index sur sa croix gravée. J'ai murmuré sans m'en rendre compte.

« ... Dhan... »

J'ai vivement relevé la tête. Où il est ? Où est mon Dhan ? Où est mon héros ? Je peux pas le cacher, j'ai ressenti une terreur horrible, nouant aussi bien ma gorge que mon estomac. Il s'est fait "rayer" lui aussi ?
Ma tête a basculé en arrière contre le mur dans un moment d'absence. Et puis, mon esprit s'est paramétré comme il fait à chaque fois devant une situation trop dure à porter pour moi.

« ... il va venir me chercher... »

J'ai inconsciemment esquissé un bref sourire.
Après quelques instants, j'ai regardé ce que le chat m'avait filé et lu le passeport avant de détailler les  billets. Sont alors remontées tout un tas de règles de survie en milieu urbain quand on est seul sans son héros, lesquelles m'ont probablement sauvé la vie des dizaines de fois si on ne prend pas en compte mes cicatrices. Bien que dans un état relativement second, j'ai d'abord voulu savoir où j'étais, puisque ce chat [... putain à chaque fois ça me fait bizarre, il avait pas genre plein de dents ?] ne m'avait filé aucune carte.

Après avoir enfoncé mes papiers et l'argent dans mes poches bien fermées, j'ai commencé à marcher dans une direction au pif ; avec le réflexe de ne regarder personne et surtout pas dans les yeux, tout comme mes années avant le campus. À force de errer en rasant les murs, j'ai trouvé un premier repère : une rue sombre à la con. Ça au moins, je connaissais. Alors je m'y suis engouffré, en vérifiant discrètement que personne ne me suivait, quand bien même c'était débile quand on y pense.

Mais ça sert à rien que je vous raconte, je sais pas combien de temps j'ai tourné sans savoir où aller et surtout sans tomber sur le moindre plan de merde, et c'était hors de question de parler à qui que ce soit. Mais par je ne sais quel hasard, ou coup de chance, ou coup de poisse, je sais pas, j'ai atterri devant un bar. Un putain de bar ! Ça aussi je connaissais !

Mais j'ai fait super gaffe. J'ai jeté un œil [... vous faites la moindre blague je vous défonce] à l'intérieur et observé les entrées et sorties. J'ai hésité, puis je suis entré sans saluer personne. Très prudent, j'ai observé tout autour de moi, repéré les gens potentiellement dangereux, et me suis fébrilement collé sur un siège dans un coin du comptoir, de sorte à n'avoir personne dans le dos.  Quand on est venu me demander ce que je voulais boire, j'ai bugué, et demandé... un café. Un putain de café, alors que j'en bois presque jamais. J'ai dû paniquer.

Je me suis ensuite retrouvé dans cet état particulier où l'on semble être au milieu d'un grand vide. Je ne savais ni quoi faire, ni où aller, et surtout comment me faire remarquer de mon héros ? Car je savais qu'il allait venir... il vient toujours, pas vrai ? En attendant j'ai juste bloqué sur ma tasse encore fumante. Aucune idée du temps qui s'écoulait. J'aurais voulu regarder mon portable, mais je ne faisais pas confiance aux gens dans le bar...

Ce n'est qu'après un certain temps que j'ai fini par sentir un regard insistant sur moi. En cherchant, j'ai rapidement repéré un mec à casquette qui avait tendance à zieuter vers mon coin beaucoup trop fréquemment à mon goût.
Et puis... j'ai eu souvenir de toutes mes années de survie, et j'ai eu ce réflexe voulant qu'il me fallait des pistes. Celles qu'on suit pour s'en sortir en passant par des contacts divers, vous voyez ? Et ce type pouvait me renseigner, m'aider, faire punching-ball, j'en sais rien, n'importe quoi. Il avait attiré mon attention, alors c'est lui qui serait ma cible.

Je l'ai vu se lever peu après ma réflexion, et je restais discrètement attentif. Il est allé dire un truc bizarre au barman puis a disparu dans un coin sombre. Bordel... ça aussi, je... je connais...

Un sentiment familier mêlant peur, pression et excitation a émergé dans ma poitrine. Je savais que je ne pouvais pas hésiter trop longtemps ou le mec à casquette serait introuvable. Je me suis donc levé en laissant mon café à peine entamé, et en payant le barman, j'ai répété ce que ma cible lui avait dit quelques instants avant. Et j'ai été agréablement surpris de voir qu'il me laissait passer et rapidement, j'ai disparu du bar dans une discrétion totale.

En me retrouvant dans des rues encore plus sombre, inconsciemment je me suis senti plus à l'aise. J'étais un peu plus dans mon élément, au fond. J'ai été encore plus satisfait en voyant le type de dos, et j'ai commencé à le suivre comme je savais faire.

Jusqu'à se retrouver chez lui.

Je n'ai pas cherché à me cacher, et me montrais froid et impassible ; pour l'instant. Dès que nos regards se sont croisés, j'ai sorti la première chose qui m'est venue :

« Dis-moi où on est. »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Perrault

avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 09/08/2015


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Dim 6 Sep - 23:29

On en apprend beaucoup en observant les gens, mais en ce moment, je n'avais pas le loisir d'observer le Cyclope Nain. Il venait de débarquer chez moi, dans mon squat, sans aucun complexe. Donc j'étais dans mon canapé tout défoncé, et je regardais le gars se ramener comme si de rien n'était. Ma bonne vision releva que sa posture était plus droite, plus assuré, comme s'il se sentait dans son élément. En un sens, c'était creepy, qu'à son âge on aime déjà les endroits sombres. Peut-être que ce gamin avait fait partie d'un gang ? Je pus voir de ma place son cache-oeil de pirate, avec une croix dessinée – ou gravée, c'est presque pareil – dessus. Une croix, hein ?


« Dis-moi où on est. »


Et bien, jeune homme, était-ce une manière de demander poliment quelque chose à une personne dont on vient de pénétrer sans autorisation dans son domicile? Quel manque de bonne manière. Je m’asseyais plus confortablement sur mon canapé au lieu de me vautrer comme une loque, et prit mon temps pour faire courir mes doigts le long de mon accoudoir. Puis, je me décidai : j'attrapai mes clopes de la main gauche, et j'en mis une à ma bouche, avant de m'adresser au plus jeune des deux :


« Bonjour. Comment tu t’appelles, mon p'tit gars ? »


Je crois qu'à la tête qu'il tirait, il n'appréciait pas le qualificatif petit. Ou peut-être le terme de garçon ? Après tout, je n'en savais rien, je n'étais parfois pas doué avec ça. J'avais bien pris Remy la Punk pour un homme ! Du coup, je me relevai pour me mettre à son niveau, enfin…A 10 centimètres au-dessus de ces yeux. C'est triste d'être petit. Vraiment. Je lus dans ses yeux qu'il était mal à l'aise, mais avant qu'il ait le temps de reculer, j’eus le temps de plaquer mes deux mains sur son torse, avec une sorte de sourire. En fait, si j'étais le nabot cyclopique, je pense que je me verrais comme un pervers. Donc je sentis deux pectoraux, pas ultra développé, mais bien présent. Mon peu de connaissance en anatomie humaine me permit d'affirmer suffisamment de conviction en moi-même que Cyclope Nain était un garçon. Au moins je minimisais les erreurs !


Et oui, quand on a vécu des années en observateur, on voit des choses qui peuvent changer notre vision du monde ! Et notamment, cette petite Remy avait affecté mes connaissances en ce domaine. Quoi que dans le fond, c'était peu important. Bah ouais, j'avais rien à voir avec les personnages moi, à la base, j'étais un Narrateur ! Un Narrateur omniscient, asexué, permanent, intemporel… Coincé dans un corps de personnage de manière temporaire. Et je précise de manière temporaire ! J'avais pas envie de vivre tout une vie d'humain moi. Enfin bref !


Le Cyclope Nain avait maintenant l'air terrorisé et avait reculé. Mais… Ah merde ! J'avais complètement oublié que mes apartés prenaient du temps dans la vrai vie ! Fuck off ! Il avait dit quelque chose peut-être ? J'avais rien entendu ! Vraiment, il allait falloir que je fasse méga attention à l’avenir. Si a chaque fois que je parlais à moi-même du temps s'écoulait… Je l'avais fixé dans le vide, quoi environ trente seconde après lui avoir tâter les pect's ? Fuck, fallait que je dise un truc, que je reste naturel, quoi qu'il se passe ! Une excuse une excuse… Son cache-oeil !


« Ton bandeau, c'est un accessoire ou t'es borgne?


Okay, j'avais fait diversion. Bon, il me prenait sans doute pour un taré, mais j'avais sauvé la face. Je crois. J'en sais rien en fait ! Breeeeeef ! Maintenant, je prenais un air intrigué, composante une expression facile avec l'adresse et la grâce d'un enfant de cinq ans. Décidément, j'étais un maître du sauvetage de face. Donc si on récapitule, je n'avais pas répondu à sa question, j'l'avais tripoté, je lui avais posé une question sur son cache-oeil, l'avait offensé et maintenant, tandis que ma cendre de cigarette venait salir mon terrain vague déjà crasseux, je l'avais traumatisé. What else ?


[RP un peu court dû à la reprise, MP moi quand tu auras luuuu.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar Fownes

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 26/08/2015

Feuille de route
Type de Combat: Artofan
Rang: 0


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Ven 18 Sep - 21:09

D'accord, mon entrée aurait pu être plus subtile, et surtout plus maîtrisée. Mais ce qui était fait était fait. J'ai senti davantage de tension monter en moi en le voyant prendre son temps pour me répondre, d'autant qu'il avait l'air parfaitement détendu. Il avait même sorti une clope...

« Bonjour. Comment tu t’appelles, mon p'tit gars ? »

J'ai serré mon poing gauche au surnom. Putain que je déteste ça, et je n'ai été que plus atteint du fait que je n'avais plus entendu ce genre de truc depuis un bout de temps. Dhan ne m'appelait jamais comme ça. Huh...
Et là il s'est levé et bordel, cet enfoiré était grand. Ça aussi je déteste. Comme il s'était beaucoup trop rapproché à mon goût j'ai voulu reculer quand... il a plaqué ses deux mains sur mon torse.

Comme je vous dis. Même moi j'y croyais pas : sans que je ne puisse rien prévoir, il s'est mis à tripoter mes pectoraux, en souriant qui plus est. J'avais oublié que les rues sombres étaient remplies de tordus. La conséquence a été que plus fort que mon instinct de survie, j'ai eu un déclic, quelque part dans mon crâne ; qui d'ailleurs ne s'était plus manifesté depuis que j'avais retrouvé Dhan au campus. Comme si le mec avait appuyé sur un bouton, une certaine colère m'a envahi comme un volcan qui sort d'un long sommeil. Dans un mouvement de recul, j'ai cherché à dégager brutalement ses mains.

« Putain mais d'où tu m'touches connard ?! »

J'ai fait un autre pas en arrière en touchant mon propre torse dans une certaine confusion, perturbé par mes propres émotions. Le pire c'est que le type avait déjà l'air d'être parti ailleurs, genre rien à foutre.  Mais sur quoi j'étais tombé putain... J'ai tenté de le réveiller après plusieurs secondes.

« C'quoi ton problème ?! »

Mais que dalle. Il buguait, jusqu'à ce qu'il s'arrête sur mon cache-œil.


« Ton bandeau, c'est un accessoire ou t'es borgne ? »

Ma colère est revenue plus forte encore. Puis je n'ai plus rien contrôlé.

« ... mais bordel ! » Je me suis avancé pour vivement  empoigner son haut ou n'importe quoi, ou essayer. « T'comprends quand on t'parle ?! J'veux SAVOIR c'que j'ai à foutre ici ! Cette connerie d'chat m'a rien dit là ! Où j'vais aller ? Où j'vais pioncer ?! J'fais COMMENT pour vivre bordel ?! J'dois faire quoi pour qu'tu répondes ? Toi aussi va falloir te péter des phalanges ? Et putain tu crois VRAIMENT que j'porte un cache-œil pour le PLAISIR ? »

Je sais pas d'où c'est sorti, mais genre pas du tout. L'espace d'une seconde, je me voyais déjà égorgé à côté d'une poubelle 3 minutes après mon arrivée sur la Tour. La loose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Perrault

avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 09/08/2015


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Dim 20 Sep - 11:00

Bon, je n'avais foutrement pas l'habitude de communiquer avec les gens, puisque je préférais observer. Et même si mon peu de connaissance en la matière m'handicapait, il y a une chose que je comprenais dans la situation présente. Le petit m'avait choppé par le col à deux mains, et tentait de m'intimider, avec un air vraiment énervé. Et s'il y avait une seule putain de chose à dire, c'est… On ne menace pas les gens. Surtout quand ils font quinze centimètres de plus que nous. Et surtout quand c'est le Narrateur. Right ?


 « T'comprends quand on t'parle ?! J'veux SAVOIR c'que j'ai à foutre ici ! Cette connerie d'chat m'a rien dit là ! Où j'vais aller ? Où j'vais pioncer ?! J'fais COMMENT pour vivre bordel ?! J'dois faire quoi pour qu'tu répondes ? Toi aussi va falloir te péter des phalanges ? Et putain tu crois VRAIMENT que j'porte un cache-œil pour le PLAISIR ? »


Bon. Je n'aimais pas être menacé, vous vous en doutez, n'est-ce pas ? Donc, j’attrapai ses mains avec mes poings, qui étaient un peu plus imposant, et lui serra les mimines suffisamment fort pour qu'il lâche le col de ma veste en cuir. Une grimace passa sur ses traits, ce qui me fit un peu de peine pour lui. En fait, je ne cherchais pas à l'énerver, à la base. Enfin, pas trop. Toujours en tenant ses mains, je le forçai à reculer, jusqu’à ce qu'il bute sur un des cadavres de bouteilles au sol et bascule en arrière, m’entraînant de force sur lui.


Bon, maintenant, je l'écrasai, mon genou entre ses jambes, et mes mains tenant toujours les siennes. Je le regardai droit dans les… dans son œil pendant une dizaine de seconde, avant de desserrer la mâchoire pour lui demander :


« Bon t'as fini ton cirque, je peux te lâcher sans que tu ne tentes de m'impressionner comme un caïd de cour d'école ? »


Vu la tête qu'il tira lorsque je lui envoya mes paroles, ils n'avaient pas dû apprécier. Ou alors, il n'avait pas aimé que mon mégot glisse de ma bouche jusqu’à son sweet et le salisse avec mes restes de cendres. Enfin bref, je décidai de lui lâcher les mains pour me redresser, et épousseter mes vêtements. Nous avions passé suffisamment de temps dans une position gay-friendly, et les amatrices de yaoi allait s’enflammer derrière leurs écrans si ça continuait comme ça.


Ouais, parce que bon, ma vie n'est pas un yaoi. Je n'allais pas rentrer dans le cliché du passif qui se fait percuter par l'actif, tombe sous lui, du long jeu de regard avant le baiser et la scène chaude. Bon dieu, non ! Je n'avais pas envie de procréer avec un personnage, j'étais le Narateur, bon sang ! Puis il était petit et fragile, le truc cliché pour gonzesse… Et puis j'avais pas envie de coucher avec qui que ce soit, roooh ! Fallais que ça tombe sur moi !


Bref, je secouai la tête pour chasser les pensées homo-érotique qui commençaient à envahir mon crâne, et sorti une autre cigarette (je vous ai dit que je fumais beaucoup ? Non?) la troisième de la journée, pour être précis. Machinalement, je tendis le paquet vers le pauvre gars complètement secoué qui me tenait compagnie. Je sais pas si c'est la cigarette ou le fait que je lui offre un truc, mais ça lui coupla le sifflet. Du coup, je pouvais réfléchir en paix.


« Hm… Donc t'es vraiment borgne. Y paraît que sur Terre, si on est borgne, faut avoir une vue parfaite pour passer le permis avec l'oeil valide restant. »


Bon, okay, c'était nul comme phrase après un silence. Mais ça me tracassais, cet histoire de bandeau. Du coup, j'avais envie de lui poser plein de question dessus. Et de le titiller un peu, au passage. Mais trêve de blabla.


« Sinon, j'm'apelle Jacob, et toi, demi-portion d'oeil ? »


Oups ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar Fownes

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 26/08/2015

Feuille de route
Type de Combat: Artofan
Rang: 0


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Dim 4 Oct - 15:42

Je n'avais pas vraiment prévu qu'il riposte, et encore moins qu'il soit aussi fort. J'ai rapidement grimacé de douleur quand il m'a serré les mains et dû lâcher. Plus jeune je lui aurais probablement mis un coup de tête, mais j'évite depuis qu'il m'en manque un morceau. Il m'a forcé à reculer et j'avoue que je m'attendais à tout, sauf à ce qu'il bascule sur moi. J'ai senti ma colère ne devenir que plus forte pendant qu'il m'écrasait, une foule de mauvais souvenirs refaisant surface. Je ne connaissais que trop bien cette position de faiblesse. Et pour être honnête, j'en avais plein le cul de la retrouver dès que je voulais m'imposer.

« Bon t'as fini ton cirque, je peux te lâcher sans que tu ne tentes de m'impressionner comme un caïd de cour d'école ? »

Connard.
C'était clair, je l'aimais pas. Surtout que sa clope venait de s'écraser sur mon haut, provoquant un mouvement d'épaule aussi vif qu'inutile ; il me tenait trop bien. Dès qu'il m'a lâché, avec une grande prudence, j'ai commencé à me relever. J'ai pris soin de garder une distance de sécurité, et accélérait en voyant qu'il me laissait faire. Je crois que je le fusillais du regard à ce moment-là, tant j'avais envie de lui faire bouffer sa casquette.
Je pris aussi mal le fait qu'il me propose une clope. J'étais sûr qu'il faisait ça pour m'écraser un peu plus, cet enfoiré, alors je l'ai ignoré.


« Hm… Donc t'es vraiment borgne. Y paraît que sur Terre, si on est borgne, faut avoir une vue parfaite pour passer le permis avec l'oeil valide restant. »

... quoi ?

« Sinon, j'm'apelle Jacob, et toi, demi-portion d'oeil ? »

Ma rage atteignait des sommets à cet instant. Il se foutait de ma gueule, il m'insultait, il me piétinait, et en prime j'avais toujours aucune réponse. Dans un geste complètement incontrôlé, j'ai violemment shooté la bouteille vide qui m'avait fait tomber plus tôt. La respiration forte, j'ai ensuite viré les cendres sur mon sweat en serrant les dents.

« Vous êtes tous casse-couilles dans le coin ou t'es un cas particulier ? » Je sais plus s'il m'a répondu, j'ai enchaîné une seconde après. « S'tu veux mon nom, j'veux mes réponses. »


HRP▼:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Perrault

avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 09/08/2015


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Dim 4 Oct - 22:52

… Je n'étais pas doué avec les enfants. Vraiment, je crois que ça devenais évident, au vue des réactions du gars devant moi. Il venait de shooter dans la bouteille, qui était partie s'éclater sur le mur miteux. Dommage. J'aimais bien cette bouteille. Donc bref, il venait de défoncer ma bouteille contre le mur -bon je pense qu'il avait pas fait exprès de la casser – et maintenant, il s'époussetait le sweat en maugréant.Bon, ça, je le comprenais, la cendre, c'était pas fait exprès.

Il fallait que je change les choses. Je n'avais pas envie de passer pour une ordre de la pire espèce, alors que j'étais juste une personne neutre... Donc, je m’apprêtais à lui dire un truc sympa, histoire de le remonter, quand...

« Vous êtes tous casse-couilles dans le coin ou t'es un cas particulier ? »

Bon, okay. Il était plus aimable. Ça se comprenais, en un sens... Je venais de gaffer violemment, je crois. Du coup, je lui répondu du tact au tact, par réflexe :

« Je crois que je suis un cas particulier. Mais je t'assure que c'est pas mal d'être une particu---

 « S'tu veux mon nom, j'veux mes réponses. »

Sérieusement ? Damn. Il était complètement sur la défensive... J'eus un soupir et tirai une bouffé sur la cigarette, avant de lui répondre, d'un air assez neutre.

« J'me souviens plus de tes questions. »

Un ange passe, puis je reprends en soufflant la fumé de ma cigarette vers le plafond.

« Je crois qu'on est parti sur de mauvaises bases... Tu veux pas qu'on refasse les présentations... ? »


Bon, en fait, j'attendis sa réponse environ dix secondes, avant de me perdre dans mes pensées et de me diriger machinalement vers mon canapé. Je me rejetas dedans avec un sourire de contentement, puis je tira une bouffé de ma cigarette. Après, j'eus soir, alors je plongea ma main derrière le dossier du sofa, pour attraper deux bouteilles d'alcool. De la bière bon marché. J'envoyai une bouteille vers les mains d'Oscar, avant de déboucher la mienne d'un coup de dents. Puis je m'assieds sur le canapé, plutôt que de me vautré comme une loque, afin de faire une place à mon invité... Et je bus ma bière. Et glou, et glou, et glou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar Fownes

avatar


Messages : 29
Date d'inscription : 26/08/2015

Feuille de route
Type de Combat: Artofan
Rang: 0


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Mar 1 Mar - 15:29

Il tirait sur sa cigarette et j'espérais que l'air ne se remplirait pas trop de fumée. Je suis jamais crédible quand je tousse.

« J'me souviens plus de tes questions. »

... sérieusement ?

« Je crois qu'on est parti sur de mauvaises bases... Tu veux pas qu'on refasse les présentations... ? »

J'ai senti ma paupière avoir un léger spasme tant il me tapait sur le système. Pendant qu'il allait vers son canapé, j'étais déjà en train de remplir mes poumons pour lui gueuler dessus quand... je me suis rendu compte que moi aussi, je ne savais plus ce que je lui avais demandé. J'avais tout hurlé sans réfléchir, résultat je me retrouvais à passer ma main sur mon crâne en tentant de mettre de l'ordre à l'intérieur. Pour ne pas que mon peu de crédibilité se dilue dans le silence, j'ai commencé par quelque chose de simple, à savoir sa dernière question.

« J't'ai dit qu't'aurais mon nom quand j'aurais mes réponses... »

En levant les yeux j'ai vu un truc voler vers moi et mon corps a agi tout seul, chopant de justesse la petite bouteille. De la bière. Merde.
Je me suis souvenu des conversations avec Dhan à ce sujet, et notamment les anecdotes de moi, jeune et dans un sale état pour trois gouttes d'alcool. Mais pour ne pas paraître faible devant l'inconnu, j'ai pris une seconde pour prendre mon courage à deux mains et ai ouvert la bouteille de manière la plus virile dont j'étais capable, en utilisant tous mes talents d'acteur pour faire genre je faisais ça tous les jours. Un instant de plus pour me préparer mentalement, et j'ai pris une gorgée. J'avais oublié comme ce truc était dégueu', mais au moins ça me faisait gagner du temps pour réfléchir à ce que j'avais à lui dire.

« 'coute-moi bien, j'vais pas me répéter dix fois. » Je passais ma manche sur ma bouche. Erk. « J'veux qu'tu m'dises comment ça marche, ici. Et essaye pas de faire genre tu sais pas, tu connaissais le mot de passe alors t'as forcément des tuyaux. »

C'est là que j'ai réalisé qu'à part mon argent et mes fringues, j'avais rien pour échanger les informations que je voulais. En attendant sa réponse, j'étais déjà en train de calculer comment je pourrais me tirer en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Perrault

avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 09/08/2015


MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   Sam 2 Avr - 21:25

p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }
Bon, le jeunot avait attrapé la canette de bière que je lui avais balancé, et ne se l’était pas prise dans la tronche. Au moins, je ne passerais pas pour un connard fini, ce coup-ci. Nan parce que, sérieusement, si le petit s’était mangé la bouteille de bière dans la face, on me l’aurait reproché… Je suis sur qu’un tocard de lecteur -au hasard, vous, mais purement au hasard- aurait pensé que je l’avais fait exprès, que j’étais un méchant et que -bouhouhou- le petit Oscar allait avoir bobo à son nez.


Mais bref, donc mon cyclope préféré avait désormais en main la bouteille de bière, et… Tirait la gueule. Oui, oui, pendant une petite seconde, j’avais vu clair sur son visage : il avait clairement fait la tête du gars qui ne boit jamais mais qui refuse de perdre la face face au gars en face de lui. Genre, Monsieur le petit borgne voulait me faire croire que lui, il en imposait dans le milieu. Il ouvrit avec une virilité exacerbée le conteneur d’alcool, d’une manière si exagéré que ça en devenait comique. Mais oui, Cyclope Nain, je voyais bien que tu espérais me faire croire que tu imposais dans le milieu. Roule donc des mécaniques, tu m’amuses…


Il bût une grande gorgée, avant de me poser quelques questions, sur le ton du bad boy qui avait pas que ça à faire, mais que, quand même, malgré ses airs sombres et mystérieux, il daigna t’accorder plus d’une demi-seconde d’attention. Je ricanais intérieurement, tout en buvant une gorgée de cette délicieuse bière de punk-à-chien. Il n’avait pas envie de répéter ses demandes, et supposait que je savais comment tout se passait sur l’île. Ahahah. Douce innocence. Ma première réponse fut la suivante :


« Tu sais, si tu n’aimes pas la bière, ne te force pas… Tu ne me paraîtras pas moins viril si tu ne finis pas ta bouteille, heiiiin… Ça fera pas de toi un sous-homme. Pis au pire, ça en fera plus pour moi ! Ahah ! »


Ahah. Ça ne dégrisa pas d’un iota notre jeunot. Même, mes paroles semblèrent le vexer davantage. Sérieusement, ce gars n’avait pas d’humour, ou… ? Enfin bref. Reprenant une grande gorgée – le genre qui vide la moitié de la bouteille -, je savourais la boisson avant de reprendre, assis dans le canapé, et sur un ton badin :


« En fait, je sais certes des choses, mais… Toi aussi, tu dois en savoir, non ? C’est donnant-donnant, tu sais. »


Ah. J’avais tapé dans le mille, il n’avait pas grand-chose à troquer ! C’était amusant. J’allais donc pouvoir le titiller un peu. Je le regardai, lui qui essayait de garder un semblant de crédibilité – ce qui était amusant, parce qu’à ce stade de notre discussion, elle était déjà en miette, mais passons.- et c’est avec un regard amusé dans sa direction, que je repris une gorgée d’alcool, et que je le sortis du pétrin dans lequel il était persuadé d’être fourré.


« On n’a qu’à faire comme ceci : une réponse contre une réponse ! Je réponds à une de tes questions, tu réponds à une des miennes. Et interdiction de mentir ! Si je m’en aperçois, je te promets que tu ne quitteras pas le quartier du Sucre en un seul morceau… Ahahah ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mais qu'est-ce que vous faites chez moi ?! [Pv Oscarounet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est-ce que vous faites à cette heure ?
» [Terminé] Ce que vous faites dans la vie résonne dans l’éternité - PV Livia
» "J'aime beaucoup ce que vous faites"
» Et vous, vous faites quoi ?
» Aimez-vous aller chez le dentiste ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiversia :: Zone de rp :: Quartier secret du Sucre-